• Geneviève Simard

La fausse brique revisitée

Mea-culpa : j’ai longtemps eu un préjugé défavorable envers la fausse brique… Mais un récent projet m’a fait changer d’avis.


Photos par Geneviève Simard



Des clients m’ont récemment consultée pour donner du «oumph» aux grands murs blancs et vides de leur magnifique condo de l’île des Sœurs. Ce sont eux qui m’ont exprimé leur souhait d’y poser de la fausse brique. J’étais sceptique, mais ouverte. C’est vrai que les retombées de plafond et les colonnes existantes offraient le contexte parfait pour ce type de matériau, et l’idée de simuler qu’on avait ouvert des murs et découvert de la brique, comme dans un loft, me plaisait bien.


Mais il était hors de question de mettre une mauvaise imitation en panneau peinturé, où l’on verrait des joints disgracieux. J’ai un souci de qualité trop élevé. Et mon idée était faite : je voyais de la brique noire ou gris foncé, des couleurs qui sont plus chic et actuels, parfaits pour leur décor.


J’ai fait appel à la compagnie Vertika Design, que j’ai découverte lors d’une émission télévisée, et leur ai demandé de venir nous présenter leurs produits chez mes clients. Nous avons été enchantés par la qualité de leur fausse brique ultra légère, installée une à une pour un résultat impeccable.


Au final, la question se pose : appelle-t-on ça encore de la «fausse brique»?





12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout